La truffe dans la littérature culinaire à travers les siècles

Texte d'une conférence donnée par Bernard Foray-Roux, écrivain, éditeur (éditions de la Galipotte), membre de l'Académie drômoise des Lettres, Sciences et Arts.

La conférence

La conférence sur la truffe : Lire le texte.

Informations complémentaires à cette conférence

La truffe est connue au Moyen Âge :

Platine qui reprend, dans son livre, une partie des recettes du cuisinier italien Maestro Martino, donne quelques indications de cuisson des truffes (confire dans huile et épices, ou cuire sous la cendre ou avec sel et poivre), alors que Martino ne proposait aucune recette de truffes dans son livre de cuisine Libro de arte coquinaria.

Si la truffe est absente des livres de cuisine gastronomique du Moyen Âge et de la Renaissance, c'est probablement parce qu'il s'agit d'un champignon poussant sous terre, à la manière des pommes de terre. Rappelons qu'au Moyen Âge, tout ce qui pousse sous terre (comme les légumes racines, carottes ou navets) ou au raz du sol est considéré comme bon pour les paysans dont l'estomac est adapté aux nourritures lourdes à digérer, alors que tout ce qui s'élève vers le ciel (arbres fruitiers, volailles) est adapté aux estomacs délicats des élites. La truffe, produit de luxe actuellement survalorisé dans la gastronomie, n'est donc pas jugé digne de faire partie du menu des riches bourgeois et des seigneurs médiévaux.


Haut de page