Alambic en Armagnac

Informations fournies par le BNIA,
Bureau National Interprofessionnel de l'Armagnac

L'essentiel de l'Armagnac (95% environ) est obtenu avec un alambic très spécifique à cette eau-de-vie : l'alambic continu armagnacais. Il s'agit d'un appareil en cuivre pur, qui a été consacré par un brevet déposé en 1818 et adapté, modifié, amélioré par les distillateurs de la région. Il participe véritablement à la personnalité de l'Armagnac.

schéma alambic en continu

Alambic en continu en Armagnac, Illustration de Jean Philippe Guillerme

L'alambic armagnacais fonctionne en continu :
Le vin contenu dans la cuve de charge (au sommet à droite) alimente en permanence l'alambic par le bas du réfrigérant. C'est grâce à lui que les vapeurs d'alcool contenues dans le serpentin se refroidissent. Il monte dans le chauffe-vin, puis il est conduit vers la colonne (à gauche) où il descend de plateau en plateau jusqu'à la chaudière chauffée au gaz ou au bois. Les résidus du vin sont évacuées hors de l'alambic par un trop plein (en bas à gauche). Sous l'effet de la forte chaleur produite par le foyer, des vapeurs de vin remontent à contre courant et « barbotent » dans le vin au niveau de chaque plateau. Elles s'enrichissent de l'alcool et de la majorité des substances aromatiques du vin et sont conduites par le col de cygne vers le serpentin (alambic à droite) où elles sont condensées puis refroidies.

Au coulage de l'alambic, l'eau-de-vie est incolore avec un degré d'alcool compris traditionnellement entre 52% et 60%.

A ce stade, l'Armagnac est encore plein de fougue, mais il est déjà d'une grande richesse aromatique : très fruité (prune, poire) et souvent floral (tilleul ou miel).

Le vieillissement sous bois lui conférera une complexité et une douceur supplémentaires.


Haut de page